Carl Withsler A. Benoît, jeune poète haïtien à la rencontre d’un prix dans les parages de la tour Eiffel

Posted on December 12, 2017, 5:17 am
5 mins

Alors qu’il était élu deuxième lauréat du concours francophone de Poésie, Poésie en Liberté, en 2016. Carl devrait se rendre en France pour la réception de son prix à la fin de cette même année.

Avec une mère internée à l’hôpital à cette période, le jeune poète devrait faire un choix. Partir récupérer le prix ou rester au chevet de celle qui l’a mis au monde. L’auteur de MA MORT a finalement pris la décision de rester au chevet de sa mère. Il n’y a pas meilleur prix que de rester auprès de la personne qu’on aime le plus au monde, se justifiait-il. Toutefois, Carl est resté convaincu qu’il pourra mettre le cap sur Paris un peu plus tard.

Il avait raison d’y croire. Que quelques mois se sont écoulés avant qu’il ne reçoive une nouvelle invitation pour participer à la 19e remise des prix Poésie en Liberté à Paris. Le poète part pour Paris et se noue désormais à une nouvelle réalité au-delà de sa terre natale.

Entre invité spécial et Ambassadeur, Carl cherche son assignation

Depuis son accession au titre de lauréat de ce grand prix international, Carl n’a pas cessé de multiplier des actions dans la sphère poétique. Puisque sa poésie se veut un engagement, il a rejoint le Regroupement des Poètes Francophones Engagés pour la Liberté question de travailler avec des férus de poésie de différentes nationalités sur des sujets qui devraient interpeller la conscience de la race humaine.

Sur ces entrefaites, lors de ce déplacement à titre d’invité spécial, il s’est fait également Ambassadeur dudit Regroupement auprès de l’Association Poésie en Liberté. Avec pour mission de délivrer le dernier recueil collectif du regroupement, intitulé PAIX ET RESPECT POUR HAÏTI, aux organisateurs. Lequel recueil était à l’honneur au niveau de cette cérémonie.

Si la cérémonie a eu lieu depuis le 16 Novembre 2017, Carl est jusqu’à présent en France et on ignore à quand son retour. Serait-il en résidence artistique? On ne sait pas, surtout que même lui s’abstient à le prononcer. Toutefois, le poète laisse savoir qu’on peut attendre de lui un court-métrage dans les prochains jours: UNE LETTRE À MA MÈRE. Au sein de cette création, on va retrouver un Carl qui s’engage dans un dialogue où seul le bruit du silence de l’autre viendra à sa rencontre:

<<…Chère mère,
Depuis tout petit
Je rêvais d’imiter le temps
Épousant son humeur frivole et son flanc perfide
Sans souci des blessures qu’il laissait derrière lui.
Avant mon grand périple,
je jurais de brûler mes désirs…
Aujourd’hui me voilà
Au bord de la rive qui lèche la tour Eiffel
Étincelle en main, mes ambitions en liesse
Timidement, je les découvre au gré de ma jeunesse…>>

Entre nostalgies et une quête du renouveau, Carl se saisit de la magie de l’art contemporain question de proposer une création inédite. Un travail qui sera élaboré avec l’Assistance importante de Mich Achille, précise le poète.

La 19e édition de Poésie en Liberté a été une réussite. Et, Haïti peut s’en réjouir du fait que le premier lauréat soit un fils du pays. Il s’appelle Niklovens Fransaint, autant que Carl il est Gonaïvien et il vient de décrocher le titre de lauréat de Poésie en Liberté 2017, avec son fameux CHEZ MOI. Décidément, les plumes haïtiennes se dessinent des places importantes dans le monde de la littérature universelle. Bravo aux jeunes poètes, Carl et Niklovens!

Rédaction : Frantz Kerby MATHIEU

Copyright ©Étend’ART/ Mag Haïti 2017

Commentaires

comments

Partagez sur les réseaux sociaux:
Rodly SAINTINÉ, Journaliste culturel, Critique d'art, Producteur, Animateur et Présentateur radio-télé.

Leave a Reply

  • (not be published)