Carnaval 2018: BIC refait son coup de gueule

Posted on January 16, 2018, 4:23 pm
5 mins

BIC, de son vrai nom Roosevelt Saillant, est né en Haïti, ancien professeur d’anglais, métier qu’il a abandonné pour intégrer le groupe Flex qui avait besoin d’un deuxième chanteur. Six ans plus tard, il prend son élan avec BIC Group. Aujourd’hui artiste solo avec le nom BIC qu’il a trainé derrière lui. Ayant à son actif plusieurs albums studio, BIC est surtout connu pour la qualité de ses textes. Il vient de sortir « Ayiti sou wout li pa dwe ye », meringue carnavalesque réalisée de concert avec Cinthia Michel.

Par: Joubert Joseph

BIC qui n’avait pas sorti de meringue carnavalesque depuis belle lurette avait décidé de sortir « Aba kanaval » l’année dernière, une façon de dénoncer la manière dont les responsables organisent cette grande fête populaire en Haïti. L’auteur de « Yon ti kalkil » qui a sorti « Pote kòd » en septembre 2017 dans le but de dénoncer le budget 2017-2018, et qui a été qualifié de criminel par toutes les forces vives de la nation, nous livre aujourd’hui « Ayiti sou wout li pa dwe ye » où il charrie tout un ensemble de revendications populaires.

Avec cette meringue, BIC a nié le thème du Carnaval qui est « Ayiti sou wout chanjman », décrié par certains, comme le journaliste Ricardo Nicolas, animateur de l’émission Playslist sur la radio Espace FM, qui y voit une démarche propagandiste en faveur du gouvernement en place.

BIC commence sa meringue avec un flot de remerciements. L’artiste a fait usage de l’ironie pour dire non aux troubles à la paix publique et à la délinquance juvénile, qui sont presque devenus aujourd’hui des faits normaux dans la société Haïtienne, tout en pointant du doigt les maires et les parlementaires.



« Mèsi pou ti sourit yo, Ki anpeche m dòmi yo

Majistra yo mèsi, Pou timoun ki gen dwa Achte alkòl ak sigarèt yo

Palemantè mèsi »

Si le thème du carnaval reflète une Haïti fictive, si on prend en compte des citoyens ne cessant de dénoncer les immondices jonchant les rues de la capitale, c’est tout autre chose pour la meringue carnavalesque de BIC qui n’a jamais raté une occasion pour remettre en question le statu-quo.

Contrairement à d’autres pays qui ont évolué et numérisé leurs systèmes de fonctionnement, jusqu’à présent avoir une carte d’identification nationale reste et demeure un casse-tête chinois en Haïti. C’est ce que l’artiste dénonce dans sa meringue tout comme la cohabitation des gens et des immondices dans un «nous» incluant tous ceux et toutes celles qui sont conscients que la situation dans laquelle le pays se trouve est lamentable.

« Nou fatige fè lepandjè, pou Leta bay nou yon pyès idandite

Nou fatige pase mizè, nan fatra pou nou bay pitit nou manje »

Ce refrain avec la voix subversive de Cinthia Michel dit beaucoup sur la situation actuelle du pays où la majorité des gens s’enfoncent davantage dans la précarité. C’est un cri de révolte d’un artiste engagé tout en respectant les exigences du genre carnavalesque.

BIC a par ailleurs indexé la majorité des artistes haïtiens qu’il qualifie de « betizè » qui, au lieu d’exiger de l’État des lois qui pourraient être utiles à leur statut, alimente des rivalités inutiles. Le rappeur-slameur est conscient que l’artiste en tant que personnage influent a une fonction sociale très importante. Ce que beaucoup d’autres ignorent. Il se questionne, sans citer de nom, sur un ex président-chanteur qui n’a rien fait en faveur des artistes.

Si des chanteurs ont produit des œuvres n’ayant aucun rapport avec la réalité haïtienne où ils font parfois l’apologie de futilités, BIC Tizon Dife, pour sa part, a produit une œuvre de qualité pouvant réveiller certaines consciences endormies. C’est un artiste qui fait de la musique un prétexte pour enrichir le patrimoine culturel haïtien.

Copyright © MagHaiti 2018

Twitter: @maghaiti

Instagram: @maghaiti

Facebook: @maghaiti

Commentaires

comments

Partagez sur les réseaux sociaux:
Mag Haiti est un média en ligne, basé essentiellement sur la culture haïtienne et orientée vers les communautés haïtiennes (diaspora). Nous diffusons quotidiennement des informations vérifiées sur la culture, la politique, la mode, la musique, la science, la technologie... Nous sommes disponibles sur les réseaux sociaux les plus populaires Facebook, Twitter, Youtube, Instagram et WhatsApp... Vous pouvez nous joindre par email info@maghaiti.net

Leave a Reply

  • (not be published)