L’ATNHA et l’unité MobiCINE Haïti, mobilisés entre débats et projection pour préparer l’avenir

Posted on January 01, 2017, 3:03 am
6 mins
15589542_1326580247433795_4327439150680865329_n  15590315_1326571810767972_2141709952344513664_n

“Créée le 7 février 2016, l’Association Touristique pour une Nouvelle Haïti Authentique (ATNHA) s’est dite déterminée à agir sans relâche au sillage de la sensibilisation et des formations liées au secteur du tourisme, dans le but de faire découvrir Haïti autrement aux jeunes, afin qu’ils arrivent à mieux connaître leur pays, de manière à l’aimer, le chérir, et le protéger”, d’après ce qu’a affirmé le responsable de la Planification et de Communication, Wilben Alcema.

Après des déplacements à Fort Jacques (Kay Walas), l’observatoire, puis le Montcel, avec la tenue d’une conférence autour du Marketing Touristique, les responsables de l’ATNHA, (Président et Vice-Président) respectivement, Wibens Richemond et James Kerby, en collaboration avec l’unité MobiCINÉ Haïti, représentée par Raymond Noël dit Welele Noubout, ont organisé au Centre Culturel Pyepoudre (Bourdon), le 17 Décembre 2016, un vibrant atelier de débat animé autour de la problématique de l’intégration des jeunes   au niveau du tourisme, suivi d’une projection de film du réalisateur haïtien, Mario Delatour, titré: << De Kiskeya à Haïti: Mais où sont passés nos arbres ?>>

Ce saisissant film de 52 minutes inspiré du livre “Haïti déforestée, paysages remodelés”, de l’économiste agronome Alex Bellange a tenu le débat allumé avec la chaleureuse participation interactive de bien plus d’une cinquantaine de jeunes. Toujours dans la même veine, Welele Noubout, responsable d’animation et de projection de l’unité MobiCINÉ Haïti a profité de l’occasion pour sensibiliser les jeunes de l’impact réel du déboisement, tout en leur partageant des notions de sauvegarde et de conservation de la Nature. Parallèlement, il a profité aussi de parler du circuit MobiCINÉ qui selon ses dires, est une initiative Culturelle et Citoyenne initiée à Dakar. Ce qui selon lui allait inciter la Fondation MWÈM de sortir de son expérience de 10 ans sur le terrain avec sa caravane ” Sinema anba Zetwal”, pour établir un partenariat avec les initiateurs Idmages SOON SA afin d’introduire en Haïti une action similaire.

En 2013, souffle-t-il, “nous avons créé l’unité MobiCINÉ Haïti de la fondation MWÈM, qui est aujourd’hui composée d’un mini-bus incluant tout l’équipement pour les séances projections : Débats dans les salles de classe, les bibliothèques, les salles communautaire, à partir d’un catalogue de films haïtien et africain de la plateforme Africafilm.TV.VOD ”

En outre, Wilben Alcema, responsable communication de l’ATNHA a précisé à l’assistance que son association est créée au but d’intégrer la jeunesse dans le tourisme tout en leur ouvrant une porte à la culture.

“Le tourisme scolaire, se dit-il, en voilà un sujet passé quasiment inaperçu au milieu des débats médiatiques haïtiens”.

En dépit de la disparition des programmes de << loisir saint>>, nombreux sont ceux qui continuent à faire la promotion du tourisme en louant la beauté des plages, vantant le prix luxe des hôtels alors qu’ils négligent toujours d’intégrer les musées dans le vaste tableau des marketings. Au final, les jeunes sont exclus, ils se sont pour la plupart restés livrer à eux même, sans connaissance aucune de sites touristiques même au niveau de leur zone d’origine. En plus, il n’y a toujours pas de politique de visites guidées, initiées dans les écoles pour une meilleure exploitation du programme touristique au niveau écoliers. Pourtant, dit-il, l’inverse aurait pu permettre aux jeunes d’éviter le pire. En lieu et place des activités <<after school>> et <<Ti sourit>> ils (les jeunes) auraient pu se faire éduquer si on leur avait offrir l’alternative de découvrir les différents sites naturels, institutionnels, historiques et de mémoire”.

Toutefois, Alcema a conclu en présentant aux jeunes les cinq points de l’objectif de l’ATNHA.

1- Participer au développement du pays

2- Combattre l’oublie des patrimoines nationaux tout en les promouvant

3- Participer et encourager l’éducation relative à l’histoire, la géographie et la littérature haïtienne

4- Élever le tourisme haïtien au rang des meilleurs de la région caribéenne et à l’échelle internationale

5- Construire le plus grand réseau touristique du pays.

Joe J.E JEAN CHARLES

Copyright © 2016 Mag Haiti

Commentaires

comments

Partagez sur les réseaux sociaux:

Leave a Reply

  • (not be published)