Propos sur le bonheur!

Posted on December 29, 2013, 6:06 pm
7 mins

Généralement on conçoit le bonheur comme  étant un état de bien-être tant physique que mental, ce qui n’est pas différent de la perception des philosophes antiques comme Epicure par exemple, pour qui , le bonheur est l’absence de douleurs pour le corps et  de troubles pour l’âme. Avec une telle vision du bonheur, comment l’homme peut-il contribuer à la réalisation de cet idéal? L’homme est-il  capable d’éviter totalement les risques de douleurs pour le corps? Les raisons qui expliquent les troubles de l’Ame ne sont -elles pas inhérentes à tout être humain?  Notre objectif ici est de vous montrer comment l’homme peut se laisser faire par de vaines illusions,  et de dénoncer les prétentions de la philosophie épicurienne en ce sens. Pour parler du bonheur je ne vais pas m’accrocher aux ouvrages, avec leurs définitions approximatives (je me souviens d’un élève français ne pouvant pas disserter sur un sujet portant sur le bonheur, il affirme :’on n’a pas eu le temps d’étudier le bonheur en classe’, pour lui le bonheur est quelque chose totalement abstrait, coupée de la réalité), mais plutôt au vécu quotidien.
Les humains, à quelque soit l’époque, aspirent à  retrouver le bonheur, ce qui fait que celui-ci était non seulement une préoccupation d’ordre pratique, mais également théorique, voyons ce qu’en dit Epicure: “Quand nous disons que le plaisir est le but de la vie, il ne s’agit pas des plaisirs déréglés ni des jouissances luxurieuses ainsi que le prétendent ceux qui ne nous connaissent pas, nous comprennent  mal ou s’opposent à nous. Par plaisir, c’est l’absence de douleurs dans le corps et de troubles dans l’âme qu’il faut entendre. Car la vie de plaisir ne se trouve point dans d’incessants banquets et fête, ni dans la fréquentation de jeunes garçons et de femme, ni dans la saveur de boissons et les autres plats qui ornent les tables magnifiques, elle est dans la tempérance, lorsqu’on poursuit avec vigilance un raisonnement, cherchant les causes le choix et le refus, délaissant l’opinion, qui avant tout fait le désordre dans l’âme”.
Essayons de voir la justesse et les insuffisances de cette déclaration.
Parfois en recherchant le bonheur pour le corps on crée des troubles l’âme, c’est le cas de ceux qui s’adonnent à une activité sexuelle instance et répétitive, le plaisir pour le corps est quand même réel il faut le dire, mais les troubles pour l’esprit  et pour le reste du corps sont certains. Même si l’homme peut éviter certaine dérive dans sa quête, mais il ne peut pas extirper ce qui est inhérent à la condition humaine par exemple la crainte de la mort, en effet quoiqu’elle est” l’expérience qui met fin à toute expérience”, (l’ultime expérience) c’est-à-dire objectivement inéxpérimentable à tout être humain, on continue à la craindre malgré les prouesses de la médecine, malgré les éternelles promesses des religions. Donc les troubles pour l’âme l’homme en a à profusion et cela malgré lui.
Regardons de plus près la question du bonheur , il paraît que le bonheur est une fiction placée à l’horizon de la vie de chaque individu ,quoique personne ne peut s’arroger le droit de dire qu’on le localise et l’avoir trouver, certains le  cherchent avec un optimisme béat.
Dans la recherche du bonheur l’homme s’auto ridiculise, lorsqu’il ne peut pas le trouver là où il n’est pas (je me demande s’il existe réellement), on constate que dans cette quête la rencontre avec le bonheur est consécutivement ajournée à chaque nouvel  échec .Prenons un exemple,une personne qui place  le bonheur dans le mariage,commence en ce sens  une vie conjugale ,et selon le voeux de la tradition promesse de bonheur réciproque est faite, mais brusquement la femme est tombée malade , ce mari remet la rencontre à tard ,et à ce moment là c’est le recouvrement de la santé pour sa femme qui importe , ça devient  le nouvel horizon où se situe le bonheur .Admettons que sa femme s’est rétablit,leur économie ruinée, maintenant il faut trouver  un emploi pour être heureux ,l’emploi une fois retrouvé la vie semble reprit,  le mari avancé en âge découvre qu’il est hypertendu et diabétique,  la rencontre avec le bonheur est à nouveau reportée,la femme et son mari comptent désormais sur leurs enfants pour goûter quelque chose même pendant leurs vieillesses , mais hélas ! Rattraper par leurs corps, ils doivent aller  à la trombe avec en tête la perspective qu’ils  vont revivre, ou vivre ailleurs pour retrouver ce qui n’existe que de nom (le bonheur).

Même lorsqu’on est d’accord avec ce constat, on peut toujours espérer une vie meilleurs certes, mais il ne faut se verser dans des illusions stupides, car il semblerait que le bonheur est placé dans un endroit vers lequel aucun chemin ne mène. Réfléchissez sur  ces idées qui ont pour but de nous aider à revoir vos ambitions (concernant la vie,) à la baisse.

Roussel Chéry

Article: Copyright © 2013 Mag Haiti

Commentaires

comments

Partagez sur les réseaux sociaux:
Mag Haiti est un média en ligne, basé essentiellement sur la culture haïtienne et orientée vers les communautés haïtiennes (diaspora). Nous diffusons quotidiennement des informations vérifiées sur la culture, la politique, la mode, la musique, la science, la technologie... Nous sommes disponibles sur les réseaux sociaux les plus populaires Facebook, Twitter, Youtube, Instagram et WhatsApp... Vous pouvez nous joindre par email info@maghaiti.net